100913085

Jour 16 : 20 mai 2017 à 17:15 (heure locale)

St Privat d'Allier (Haute-Loire)

Le chemin de St Jacques de  Compostelle début par la célèbration  de la  messe, suivi de la bénédiction devant la statue St Jacques. Chaque pèlerin est invité à prendre un prière écrite par des pèlerins déjà en  chemin et en déposer une à son tour. Nous quittons la cathédrale par le  pont levis  situé à l'intérieur de Notre Dame et ouvrant face au grand arche et ces 300 escaliers ...chaque pèlerin y va de sa photo souvenir. Premières connaissances du chemin: Yann un jeune homme parti de Lyon et déjà un point commun nous unis nous nous sommes arrêté dans le même gite à Marols... et dormi dans le même lit ! Nicole de Lausanne qui déjà marche déjà en sandale, je lui propose de partager mon gite étant seul et décidons de faire pot commun pour le dîner.

                              

Cathédrale Notre Dame du Puy-en-Velay


Jour 17 : 21 mai 2017 à 16:30 (heure locale)

Saugues (Haute-Loire)

La journée commence pas une sévère descente sur Monistrol sur d'Allier, heureusement réalisé par beau temps ! Privilège du chemin, passage à la chapelle de Rochegude datant du XIIe siècle et de son château, malheureusement il ne reste plus qu'une tour qui domine les gorges de l'Allier. On quitte Monistrol par son vieux pont suspendu "Eiffel" et la voie ferrée "du Cévenol". Dur montée pour rejoindre le plateau de Montaure, à mi-pente la chapelle troglodyte "Saint-madeleine". Première leçon de vie, sur le chemin, avec la rencontre de 3 malentendants allemand. Comment ne pas être admiratif ! Difficile ici à Sauges et sa montagne la Margeride, de ne pas évoquer "la bête du Gévaudan" qui sévit juste avant la révolution. La bête dévora une bonne centaine de femmes et enfants... avant d'être tué à son tour, probablement s’agissait-il d'un énorme loup. La légende dit "quelle n'aurait pas eu le temps de faire des petits... Ouf !!!


Gentil cette bêbête !!!

 21 mai 2017 à 18:30 (heure locale)

Visite de Sauges (Haute-Loire)

Après la douche, le rituel de la visite du bourg qui m'accueil: La tour carré érigée en plein centre de son Bourg médiéval. Son église Saint-Médart, reproduite à la plume par ce pèlerin Autrichien. tandis que Martine et Marjolaine préfère une "bonne bière" au coeur de son centre historique.

                                 

Gîte communal de Sauges


Jour 18 : 22 mai 2017 à 19:00 (heure locale)

Domain du Sauvage (Haute-Loire)

C'est l'étape reine de la traversée de la Margeride, la "Dômerie" du sauvage situé à 1300 m d'altitude. Ferme fortifié qui tout au long des siècle est parvenu à défier les guerres, les hivers, aujourd'hui site géré par le conseil régionale de Haut-Loire et tenu en gérance par un regroupement d'agriculteur, proposant aux pèlerins le partage du repas préparé avec des produits locaux. De Saugues au domaine une étape très plaisante dans une forêt d'épicéas, avec très peu de relief.

                                 

Magnifique payages de Margeride


Jour 19 : 23 mai 2017 à 18:30 (heure locale)

Aumont-Aubrac (Lozère)

Aujourd'hui longue journée de 9 h de marche en compagnie de Gaby, qui s'arrêtera à Cahors. Peu avant midi c'est Nicole que je retrouve dans un pré à vache pour quelques minutes avant quelle reprenne son chemin... il en va ainsi, chacun étant libre. Voyant passer Yann, je l'invite à me rejoindre et nous profiterons de la pause pour réserver nos prochains gîtes communaux. J'aime bien ce petit gars Yann, peut-être parce qu'il à l'âge de mon fils où pour son projet, de refaire sa   vie professionnelle à la suite de son chemin. Ce soir je suis dans un gîte privée: Aubrac-Hôtel... où est la bouteille de gaz où est la  plaque électrique qui fonctionne  !!!!

                             

82 ans demain, l'ami Yann et Gabby


Jour 20 : 24 mai 2017 à 17:15 (heure locale)

Nasbinal ((Lozère))

La traversée de ce haut plateau volcanique et granitique de l’Aubrac est un moment inoubliable pour qui fait le chemin, comment de pas être admiratif au contacte de cette magnifique race d'aubrac, des bêtes très reconnaissables à leur yeux maquillés. Cette journée restera gravé à tout jamais par la beauté des lieux, mais également par cette amitié qui depuis quelques jours me lie à ce petit groupe . 
Ce soir, ma petite colonie se retrouve au gîte de Nada à Nasbinal, Nicole, Gaby, Aurélie, Marjolaine, Yann et René... l'ami hollandais ! c'est au gré du chemin que se forme et se défont les amitiés. Aurélie aurait dû nous quitter hier, mais à réussit à négocier quelques jours supplémentaires sur le chemin pour notre plus grand bonheur de tous. Vive ma petite colonie de vacance...

    

Selfi en Aubrac !!!


Jour 21 : 25 mai 2017 à 16:00 (heure locale)

St-Chély-d'Aubrac (Lozère)

Une deuxième journée au coeur de l'Aubrac, autant dire que le réveil ce fait dans la bonne humeur. Ce matin ma tête est encore à ma soirée prise en compagnie de ma " p'tite colonie de vacances". Avec Nicole nous partons en éclaireur, nous retrouvons nos drailles , ces chemins bordé de murets de pierres, tracé depuis des siècles par les troupeaux, lors des transhumances. La Dômerie de l'Aubrac, est certainement le monuments le plus prestigieux du chemin du Puy, hélas... notre passage ce fait en pleine préparation de la fête de la transhumance, pour la p'tite histoire... toutes les bêtes ne montent pas à pied... Une bonne partie de l'après midi, nous nous sommes attaché à trouver un " lit" à tous, les gîtes ayant été pris d'assaut par les touristes... Une amitié qui se renforce de jour en jour, je n'avais pas envisager un début de chemin sous cet aspect.

  

Dommerie d'Aubrac

Les grands plateaux d'Aubrac


Jour 22 : 26 mai 2017 à 20:45 (heure locale)

Espalion (Aveyron)

Hier l'Aubrac et aujourd'hui la vallée du lot... longue descente jusqu'a St-Côme-d'Olt, et son église avec son cloché "flaminé vrillé"; Ici prend fin le chemin de Gaby, premier déchirement, Marjolaine, Nicole, Aurélie et moi décidons de l’accompagner jusqu'au gite du convent Malet avant quelle un prendre "la male-postale" pour le Puy. . Ce soir je suis à Espalion, ville toute habillé de grès rose et son pont médiéval donc sa hauteur donne une idée des crues du Lot. Le long de la rivière s'élèvent également d'anciennes maisons de tanneurs, malheureusement l'heure tardif de notre arrivée, ne me donne pas le temps de visiter cette petite ville forte agréable, les filles ont un peu, beaucoup calé en fin de journée de plus une petite erreur nous à fait manqué l'église de Perse véritable petit chef-d'oeuvre de l'art Romain. Demain je reprends mon bâton de pèlerin, Aurélie quitte le chemin et je pense que la fin de la colo à sonné...  et il est temps de reprendre mon bâton de  solitaire. 

   

Martine, Gaby, Marjolaine... ma p'tite colonnie de vacances.


Jour 23 : 27 mai 2017 à 12:00 (heure locale)

Sur le chemin de Golinhac: Estaing en live (Aveyron)

Au détour d'une boucle du lot, le chemin s'ouvre soudainement une fois de plus sur un autre siècle ! C'est un pont médiéval vieux de cinq siècles, que l'on accède au cœur de la cité d'Estaing. Son château du 15e siècle domine le village et ses ruelles, longtemps appartenu aux religieuses, il fût racheter en 2005 par notre ancien président de la république Valérie Giscard d'Estaing, qui en est toujours le propriétaire . 

      

Estaing sur les bord du Lot.

 27 mai 2017 à 21:00 (heure locale)

Golinhac (Aveyron)

Une seconde partie d'étape très physique une fois les rives du chemin de halage délaisser ( D'aileurs chemin goudronné ! ) Golinhac est un village perché, qui à gardé la mémoire du passage des Jacquets, il suffit de traverser ce village pour s'en rendre compte. A noter l'excellente infrastructure du Chemin de Compostelle dans la traversée de l'Aveyron et cela sur 100 kilomètres. Félicitations au conseil Régional.

Papy Catusse


Jour 24 : 28 mai 2017 à 16:15 (heure locale)

Conques (Aveyron)

L'étape commence par de petits villages du Rouergue: Campagnac, Espérac, Sénergues et se termine par la descente du "chemin du chapitre" dénommé ainsi depuis an 1424 et depuis l’échancrure d'une haie, je découvre Conques, venue du fond des âges. Et par dessus les toits gris, apparaissent les trois tours de l'abbatiale Saint-Foy, Abbaye édifié au XIIe siècle, malheureusement le cloître fût démantelé en 1840.
C'est au soleil couchant que le tympan de l'abbaye dévoile tout son mystère ! Chef d'oeuvre de l'art Romane, il faut bien tout le décryptage de "Frère Jean-Daniel" pour comprendre et contempler ce tympan, après sa présentation Frère Jean-Daniel joue de l'orgue, moment de médiation musicale à forte densité émotionnelle. Sa vaste nef plus de 22 mètres et ses larges transepts collatéraux donne une acoustique parait-il identique à les meilleurs salles de concerts. Un après midi n'est pas de trop pour flâner dans ses ruelles pavées, ses maison à colombages, sa petite chapelle saint Roch en redescendant sur les rive de la Doudour. Ce soir, je loge au gite communale dans la plus simple authenticité tarifaire !

Tympan de l'abbatial St Foy 

        

Abbatial St Foy de Conques


 Jour 25 : 29 mai 2017 à 16:15 (heure locale)

Livinhac-le-Haut (Aveyron)

Cerise sur le chemin... enfin ! Quitter Conques à l'heure du laitier et de surcroît par le pont des pèlerins restera à coup sûr une image forte de ce chemin. Mais que faisait ce groupe de très jeune lycéen sur les berges de la Doudour ... à cette heure là ? Un dernier panorama sur Conques, depuis la chapelle St Foy situé sur le versant d'en face; Au passage la tradition veut que l'on sonne "les cloches"... et croyez-moi elles ne sont pas à la fête ! Petit dilemme sur le plateau, le Gr 65 se divise... lequel choisir ? Bonne pioche par Noihac, magnifique église avec son retable... et mes premiers œufs durs du chemin !!!! Je retiendrai de Dezaville, sa descente et sa montée à me prendre en photo dans les miroirs routiers ... le pèlerin s'amuse ! Mais le graal de la journée est indiscutablement le moment où chaleureusement on m'offre mes premières cerises du chemin, elles avaient un goût "de générosité" ! Grosse pensée à toi Gabby... qui à repris le train train.... métro, boulot !

                    

               Tradition lors du passage de sonner "les cloches" à la chapelle Saint-Foy. Etable de Noailhac et mes premières cerises.


Jour 26 : 30 mai 2017 à 15:15 (heure locale)

Figeac (Aveyron)

Figeac ville médiévale aux portes du Quercy, cela méritait bien cette petite accélération matinale ! Le centre historique de Figeac à non été seulement préservé des outrages du temps mais restauré de telle sorte, que le pèlerin que je suis fait un saut dans le chemin d'antan. En parcourant ses vieilles rues, cela permet d'admirer des maison à "colombages" et également des " soleilhou" genre de grenier à l'étage servant au séchage des récoltes. Figeac est la ville de naissance de Champollion... il est partout dans la ville, Champollion à été le premier à traduire les hiéroglyphes Égyptiens, un magnifique musée est consacré à ce génie des langues. Je loge ce soir à accueil des Sœurs Carmélites de Figeac au bord du Célé. Nous serons en petite ommunauté de 8 personnes à partager le dîner, préparer par nos hospitaliers.

                      

 

703620592


Jour 27 : 31 mai 2017 à 17:15 (heure locale)

Carjac (Lot)

Toute la journée mes pensées sont allés à Jeannette qui nous à quitté hier. Aujourd'hui changement de décor place aux plateaux de calcaires "les causses" du Quercy n'ouvre ses portes. Une végétation de buis, de chênes, des chemins bordés de murets de pierres... et de petites cabanes de pierres sèches: se sont des "caselles" où "gariottes", avec cette particularité, elles sont bâties sans aucune charpente, les pierres en cercle formant une voûte.
C'est en compagnie de mon couple de senior, avec lequel je marche depuis quelques jours que nous découvrons depuis ses falaises Carjac. Nous avons bien cherché le magasin de pêche de Papy Mougeot de Cajarc. ... en vain !!!! Le Schmilbic, est-il rond.... un œuf n'est pas rond, réplique du célèbre jeu de Guy Lux repris par Coluche, lequel possédait une résidence secondaire ici... d'où le fameux, Carjac dans son sketch. 
Ville de naissance de François Sagan, Georges Pompidou possédait ici une demeure et venait régulièrement déjeuner au restaurant du bourg, lequel s'appelle aujourd'hui " Le President". 
Les verbatims du chemin, l'amie Isabelle "dit Babouche" est parti vent debout ce matin... pour trouver porte close au gite communal jusqu'à 15 heurs ! ... Nous ne sommes plus que les 2 rescapés.. des jolies colonnies de vacances, Yann à disparue des écrans radars, peut-être est-il parti sur la variante de Rocamadour Il voulait partir sur la variante de Rocamadour où du Célé ? Quand à Nicole et Marjolaine je pense qu'elle doivent être vers Figeac.

  

Une Marseillaise sous le "Ponchon"


 Jour 28: 1 juin 2017 à 17:00 (heure locale)

Couvent de Vayrats (Lot)

Super journée à plusieurs titres, des chemins exceptionnels bordé de murailles de pierres...normal me direz vous, ne j' suis pas en terre du Quercy. une surprise "coloriée"" sur le chemin comme je les aime, avec une petite présentation des   personnalités célèbre du Quercy, les "puristes" snobe ces lieux... à chacun son chemin. Une journée forte agréable passé en compagnie d' Isabelle, avec des échanges que seul le chemins dévoile... des échanges qui demanderont certainement méditation et réflexions. merci Isa. J'ai poursuivie mon chemin seul jusqu'à Vaylats. .. ce soir je fais étape au convent des sœurs de Jésus.    

      

                                           

Célèbrités du "Quercy" 

Jour 28: 1 juin 2017 à 22:15 (heure locale)

Visite du Convent

Accueil très chaleureux et petite visite guidée des lieux, pour la petite anecdote ICI l'avé Maria est remplacé par "Fun radio"... à l'acceuil ! Ce couvent date de la fin Napoléonienne et avait pour mission d’accueillir des jeunes filles afin de leur donner une éducation et  une scolarité. A l'heure d' aujourd'hui il ne reste qu'une vingtaine de sœurs, elles assistes à deux offices, matin et soir, bien évidement nous étions inviter à la prière du soir. Le pèlerin de passage reçois l'honneur de souper dans le grand réfectoire avec les soeurs...tenue à distance ! Au menu: soupe maison, viande d'agneau au pruneaux et pomme de terre sautée, fromage et salade de fruits. servi avec d'un petit cru de Cahors. Le convent survit grâce aux pèlerins de passages, l’accueil de groupes et la création d'un maison de retraite sur une aile du bâtiment. 

             

Couvent des Soeurs de Jésus à Vaylats


Jour 29: 2 juin 2017 à 21:45 (heure locale)

Cahors (Lot)

Cahors est l'ancien capital du Quercy, elle fût une cité forte réputée au Moyen Age, aujourd'hui Cahors reste pour le pèlerins du 21e siècles un passage important, première grande ville traversée depuis le Puy. La visite du vieux Cahors, mérite une soirée étape, cité commerçante grâce à ses produits du terroir, il était facile à l'époque grâce au Lot d'effectuer des liaisons jusqu'à Bordeaux. 

Verbatims du chemin, l'ami Yann est parti sur la variante du Célé, ce soir je retrouve Isabelle est nous nous offrons un bon resto, car nous savons que nos heures sont comptées.

                    

Accueil pélerins, sur le pont Louis Phillipes.  Pont valentré à la sortie de Cahors


Jour 30 : 3 juin 2017 à 18:30 (heure locale)

Montcuq (Lot)

C'est sous la pluie et une belle béquille à la cuisse suite à un choc avec un coin de table ce matin que je quitte Cahors, par le magnifique pont Valentré du 14e siècle, il se compose de 3 tours fortifiées et 6 arches. Mais la légende à retenir de ce pont est s'en aucun doute ce "petit diable" accroché à plus de 40 m au dessus du Lot. . La légende dit "Ainsi à chaque fois que le Diable vérifie si le pont est bien inachevé, il se fourvoie en pensant que c'est l'un des siens qui démantèle le pont"... La construction du pont s'éternisa sur plus d'un demi- siècle... d'où cette légende. Une étape rendu très très difficile par la pluie sur un sol de terre glaise qui colle et pèse aux godasses... une journée interminable. Je vous passe des jeux de mot "sur Mon'cul, une anthologie du petit écran devenu célèbre grâce au petit rapporteur de Stéphane Collaro. De Montcuq, je garderai son accueil "froid" au gite du Soleillou..avant l'heure c'est pas l'heure... Même si le pèlerin est trempé !!! Ce soir je retrouve de nouveau Arnaud, rencontré il y à 15 jours à Sauges...

Pont Valentré


Jour 31 : 4 juin 2017 à 21:45 (heure locale)

Duffort-Lacapellette (Lot et Garonne)

Changement de département, adieux le lot et vive le lot et Garonne. Croyez-moi, j'suis pas prêt d' oublier la traversée du Quercy ! C'est une vrai relation amoureuse que mes godillots entretiennent depuis 48 heures avec cette terre blanche du Quercy Blanc et ce n'est pas fini... cette dernière aime le goût du voyage, elle s'agglutine, s’agglomère autour des semelles. .. Sur le chemin les moments difficiles font places rapidement à de très grandes joies... comme ce village perché sur son piton Lauzerte, cité médiévale du 11e siècle. Ici, on n'échappe pas aux façades à colombages, fenêtres à meneaux et surtout sa magnifique place des Cornières entouré d'arcades. Déjà à cette époque on resquillait l'impôt. .. pourquoi le deuxième étage à une avancée par rapport au rez de chaussée ... parce que l’impôt était calculé sur la surface au sol ! L'histoire du jour commence par cette boutade adressé à ce couple, marre de cette boue, je leur demande d'échanger mes souliers contre leurs bottes, leur  réponse est déconcertante... et me répond "vous n’auriez pas vu mes 17 moutons", nous les recherchons depuis 2 jours. Une discussion s'engage sur les relations entre pèlerins du chemin et résidents du chemin, le verdict et sans appel. .. le pèlerins d'aujourd'hui est à l'image de notre société, il "consomme son chemin" est-ce pour avoir pris quelques minutes, du coup ces derniers m'invite à m'arrêter à leur ferme, situé à 2 kilomètres.... j'y resterai 45 minutes.
A chaque pas le Quercy "blanc" s'éloigne, pour faire place aux cerisiers, poiriers, pêcher et abricotiers. Ce soir je retrouve de nouveau Arnaud.

      

Traversée du Quercy blanc


Jour 32: 5 juin 2017 à 16:45 (heure locale)

Moissiac ( Tarn et Garonne)

C'est sous l'un des 76 chapiteaux qui ornent le Cloître de l'abbaye Saint Pierre de Moissiac que je rédige ce billet. 50 de ces chapiteaux racontent des épisodes de la bible ou des récits de la vie des Saints. Malheureusement le lieux et loin d'être un havre de silence... la voie ferroviaire via Bordeaux passe juste à côté ce qui entraîna la démolition du réfectoire médiéval du cloître. Petite étape ce matin de 14 kilomètres, je quitte le Quercy après 3 jours à "traîner" mes godasses dans cette glaise gluante, aujourd'hui place à la plaine de la Garonne. Difficile de ne pas avoir la chaire de poule lorsque l'on arrive face à l'abbatial Saint-Pierre, donc une tour fortifié datant du XIIe siècle. Chaque année lors du Week-end de la Pentecôte, est célébré la fête de la Rosière, cette tradition, qui date de 1888, récompense une jeune fille pour sa gentillesse, son éducation et son implication dans la vie local, une messe est célébré à son honneur, messe très musicale à laquelle j'aurai la chance d'assistéJe loge ce soir dans l'ancien Carmel, lequel possède un magnifique cloître sur les hauteurs de Moissiac avec vu sur le canal des deux- Mers reliant Bordeaux à Toulouse. Que d'émerveillement depuis Genève, chaque jour je savoure cette chance que de pouvoir accomplir ce voyage à pieds .

            

Abbaye de Moissiac


Jour 33 : 6 juin 2017 à 13:45 (heure locale)

Auvillard (Tarn)

Il est 13h30 et les 22 kilomètres du jour sont suffisants et je me demande si je n'ai pas pris un petit refroidissement ? Une balade forte agréable le long du canal latéral de la Garonne sur un chemin de halage jusqu'à Pommevic, à l'ombre des platanes et le clapotis de l'eau. A l'issue de ce chemin, il faudra que je comptabilise "les plus beaux villages de France !". Auvillar en fait partie, une place centrale sortie du XVe siècle, sa tour de l'horloge et sa halle aux grains. La pente est raide pour monter à Auvillar, mais la récompense est au bout avec ce magnifique panorama sur la plaine de la Garonne. Ce soir je loge au gite communal, qui n'est autre que l'ancien presbytère.

     

 

 

Hall circulaire à grain 


 

Jour 34: 7 juin 2017 à 18:45 (heure locale)

Castet-Arrouy (Gers)

Aujourd'hui le chemin c'est transformé en "bitume" sur des petites routes du Gers le bonheur n'est pas uniquement sur le chemin ! Une belle série de villages et châteaux médiévaux, Flamarens et son église sans toit, Miradoux et Castet-Arrouy. Mon petit refroidissement d'Auvillar, poursuit son oeuvre et je me sens sans force, la sagesse m'oblige à m'arrêter dans ce petit village. Le gîte de ce soir n'est autre autre que l'école communale et mairie d'antan.

Etale pour pélerin


Jour 35 : 8 juin 2017 à 10:00 (heure locale)

Sur la route de la Romieu

Capitaine Capitaine. ..les Pyrénées en vue ! Vous avez trop bu mon ami !!! 
Alors que les Pyrénées sont encore à 250 kilomètres, belles surprises à l'instant... sur un petit plateau avant la descende sur Lectour, rêve, mirage où il fallait bien que cela arrive un jour ! Les Pyrénées sont bien là.... sur ma toile de fond.

Plateau de Lectour.

 à 20:30 (heure locale)

La Romieu (Gers)

La journée à commencé par les montagnes enneigées des Pyrénées au loin, elle se termine par une très vilaine farce 1h30 de marche supplémentaire, j'ne fais pas dans la dentelle !!! L'histoire commence à Marsolan lorsque qu'arrive mes 2 Francs-Comtois rencontrés hier, ils choisissent une assiette à 10€ au bar du coin et pour moi, c'est le banc de la magnifique l'église ... Je les rejoins pour prendre le café qu'il m'offre, par politesse et respect je repars avec eux, et arrive ce foutu panneau et par distraction nous partons directement sur Castelnau-les-Avignon avec 24 h d'avance !!! Heureusement je suis dans un bon jour... mes 2 Francs-Comtois eux appelleront au secours et ne quitterons dans une voiture balai !!! J'aurai certainement le regret de ne pas avoir fait étape à Lectour... ville sous l'influence de l'Empire Romain, sous le nom de Lectora. ville que je n'ai fait que traverser ce matin. La bévue de l'après midi me coût la visite du cloître de la collégiale, il reste l'exception de la beauté de ce village, qui à toujours été une étape sur le chemin de Compostelle. Fait rarissime ce soir, je dors dans l’ancien convent de la Romieu... en compagnie UNIQUEMENT de 8 pèlerines et dîne au resto du camping en Cie de deux entre elle.

    

 Cloître de la Romieu, à travers la grille !


Jour 36 : 9 juin 2017 à 10:45 (heure locale)

Sur le chemin de Montréal du Gers... en live 

Sur mon chemin ce matin,  Condom et sa Collégiale. .. elle était ouverte ! Je ne sais pas par quel miracle, mais dès que j'entre dans une Abbaye  cela déclenche un requiem... et des frisons. Moments de privilèges  et inoubliables. Je reprendre mon chemin .. sous un ciel nuageux,   après avoir fait mon petit marché... je quitte Condom avec ma pastèque et toutes ces petites choses qui agrémente mes pas. Tata.. J'ai par erreur annulé ton message... Ne le cherche pas... Je l'ai bien lu ! La légende dit: Que le pèlerin venaient ici plus pour sa liqueur d'Armagnac et pour ses reliques !

      

Condom,  ses mousquetaires et son relais Pélerins.

Collégial de Condom

  à 18:00 (heure locale)

Montréal du Gers (Gers)

Je me devais OBLIGATOIREMENT de faire une halte à Montréal du Gers première bastide Gasconne, mais surtout il fait partie des Montréal de France... n'est-ce pas depuis  un Montréal de France que j'ai fermé ma porte ! Bâti autour de sa Collégiale Notre Dame dédié aujourd'hui à St Philippes et St Jacques, datant du 15e siècles. Au grès de la balade quotidienne, un ancien couvent, un ancien hôpital Jacquaire qui accueillait jadis des pèlerins.  de nombreuses maisons à colombages et sa place à d'arcades où il doit fait bon vivre dans ce petit bourg. Le regret du jour est de m'avoir pas persévéré à descendre jusqu'à Laressingle hors chemin , j'ai fait demi tour à 500 m du village-château-fort, un petit "Carcassonne"

Les "Montréal de France" 

La halte des Remparts, sur la place des arcades 


Jour 37 : 10 juin 2017 à 22:00 (heure locale)

Nogaro (Gers)

Une matinée magistrale...Tout en sous bois, sur des pistes où ancienne voie ferrée transformé en voie verte jusqu'à Eauze, se prononce "é-ôze" soit 16 kilomètres. A Eauze c'était la farfouille annuelle, malheureusement je n'avais pas trop le temps de flâner. 36 kilomètres afin de trouver un gîte communal, la devise dit " qui ménage sa monture va loin" mais qui ménage sa bourse va loin également ! En descenant sur Nogaro, je me suis revu feuilletant les bandes dessinées de "Jacques Vaillant" le pilote des 24 h du Mans ! Le Vroon vroon des V8 ou V10 lâchant leurs chevaux sur le circuit Paul Armagnac s'entend de loin, petite déception, mon arrivée tardive au gîte communale ne m'a pas permis d'aller le visiter, dommage il se trouvait seulement à quelques lieux. La satisfaction du jour, et d'avoir retrouvé Fabien le Drômois... que j'ai beaucoup de mal à cerner, marginal où jouant ce rôle ? Quoiqu' il en soit Fabien est très attachant, il fait "son chemin" et je l'envie, il marche à son rythme et dors là où la providence s'invite à lui, mais jamais dans un lieux sacré. 

                                          

Fabien, le gars de la Drôme, le sud ouest n'est plus très loin !  


Jour 38 : 11 juin 2017 à 20:30 (heure locale)

Aire-sur-Adoure (Landes)

Que la journée fût galère... galère pour les pieds ce n'est pas nouveau ! mais galère dans la tête... une deuxième partie à mettre les nerfs en pelote. ..de longues lignes droites le long d'une ancienne voie ferroviaire et champs sous un cagnard de plomb, mais je ne vais pas me plaindre, seulement deux jours de pluie l'étape de la maison et Montcuq. Lors de la pause, on n'a remis une bande de sparadrap 3m à coller directement sur la peau en guise de protection, c'est génial cela calme les l’échauffements. Enfin, devrai-je dire... je le tiens mon gîte "made in esprit du chemin" dans la pur tradition de Compostelle, ok, il est vrai que lorsque vous entrez dans la maison d'Isabelle et Alex, cela peut faire un peu "secte", pas du tout, comme à chaque fois il sont tombé amoureux du chemin et ils sont décidés d'y consacrés un moment de leur vie et ce soir notre table est "mondialiste" Anglais. Australienne. Allemande le tout dans un esprit bons enfants. Demain je passe le cap des 900 kilomètres soit la moitié, plus que jamais je savoure chacun de mes pas.

                                

Témoignage chez, Isabelle & Alex


Jour 39: 12 juin 2017 à 15:45 (heure locale)

Arzacq-Arraziquet (Pyrénées Atlantique)

Etape de transition de 34 km... la cathédrale de Santiago se rapproche ! Lors du dîner hier soir Isabelle & Alex, nous ont prévenus, vous allez avoir encore de "belles rectiligne" sous le cagnard... si bien que dès 6h15 en ordre dispersé nous quittions le gîte et des regroupements s'effectuant au grès de notre marche. Après une courte excusion  en plaine Landaise, le Béarn n'ouvre ses chemins excellents marchepieds avant les premières pentes Pyrénéennes. Ici il est notoire que chacun fait son chemin, mais ce soir je suis un peu "chatouillé" par quelques comportements, par exemple prendre un raccourci où utiliser un Gps et gagner quelques pas.... bien sûr chacun est libre de faire le chemin comme il l'attend... comme le chantait Renaud "laisse béton" ! L'Espagne arrive à grand pas et quelques décisions doivent être prise.. alléger encore le sac et changer les chaussures car les semelles ont perdues en rigidité ! 

Collégiale St-Barthélémy de Pimbo


Jour 40 : 13 juin 2017 à 20:45 (heure locale)

Maslacq (Pyrénée - Atlantique)

Gîte d'étape "la Halte" 


 

Jour 41 : 14 juin 2017 à 20:45 (heure locale)

Aroue-Ithorots-Olhaïby (Pyrénée-Atlantique)

Hier je comptais m'arrêter à Arthez de Béarn... et au final j'ai fait étape à  Maslacq, cela devait en être ainsi ! Une rencontre avec Odile, qui malgré une maladie très handicapante fait "son chemin", par petit bout et en alternant avec des transports pour réduit ses journées et regagner ses hébergement.  Lorsque que vous évoquez son  courage elle vous répond " que voulez-vous que je fasse " et " il faut que j'apprenne à faire " . une grande leçon de vie .Ce soir je suis au Pays Basques, plus précisément au gîte accueil de la ferme bohoteguia, j'y retrouve une pèlerine Allemande rencontré à la bénédiction lors du départ du Puy. Après Figeac, elle à pris la vallée du Célé et poursuivra sa route par le chemin du Nord, le Del Norte... belle réjouissante en perceptive, car la tâche s'annonce très physique. 

Navarrenx, étati un passage attendu ce matin sur la via Podiensis, cité fortifiée à la "Vauban" sauf qu'ici elle à été édifié 100 ans avant ! Navarrenx faissait partie du royaume de Navarre .De mon passage à Navarrenx, je retiendrai cet "instantané" alors que je traverse le pont, mon ami Fabian est allongé le long du gave d'Oloron. il à fini sa première partie de la journée, la suivant il la rependra en fin d'après midi et je me peux ne pas me poser cette question... qui es dans la vérité ? Moi qui de peur de ne pas avoir un lit ce soir marche sous cette canicule où Fabian se refusant de se plier aux règles de notre système ! 


Jour 42 : 15 juin 2017 à 21:45 (heure locale)

Osbatat (Pyrénée-Atlantique)

Cette étape en "Basse Navarre" à cheminer dans ses vallons verdoyants aurait dû être exceptionnelle . ...hélas le petit crachin d'aujourd'hui ne m'à pas permis d'admirer la chaîne des Pyrénées depuis la crête de la chapelle Soyartz. Ce matin, j'ai eu la surprise de revoir Odile, cette personne ne me laisse point indifférent et je me devais de l'accompagner sur quelques lieux... c'est sur son chant l'ultrëa que j'ai allongé le pas et disparu dans la brume matinale. C'est par le Mont Sauveur, que l'on arrive à la Stèle de Gibraltar, point de convergence des voies de Vézelay, Tours et Le Puy (Via Podensis) mais pour le pèlerin que je suis ce lieu annonce aussi  la fin du chemin du Puy. Niché dans un écrin de verdure, Ostabat à gardé la mémoire de son passé glorieux, difficile d'imaginer que des milliers de pèlerins étaient accueilli dans ce village, en 1350 c'est plus d'une vingtaine "d’hôpital" qu'ils y prospéraient. d'ailleurs un de ces gîtes existe toujours "l'ospitalia", hélas pour moi... ce soir je suis au au gîte Burguzaharia, en compagnie d'un couple Américains rencontré à Aroue.

  Stèle de Gilbratar


Jour 43 : 16 juin 2017 à 14:15 (heure locale)

St Jean Pied de Port, (Pyrénée-Atlantique)

Pas d’euphorie manifeste... mais une très grande satisfaction, au moment de franchir la Porte et les pavés de la rue de la citadelle à St-Jacques à Saint-Jean-Pied-Port . Difficile de ne pas entrer au 39 de cette même rue, l'association Jacquaire des Pyrénées-Atlantiques tient une permanence journalière: délivrance de crédential, renseignements sur le Camino Francès et ses albergues ... une mine d'or pour le pèlerins en partant pour Santiago. Au bas de la rue de la Citadelle, on franchit à hauteur de Notre-Dame le pont sur le Nive et ses maisons Navarraises aux balcons de bois. Au-delà du pont la rue d'Espagne, et sa Porte ouvrant sur l'horizon de ces montagnes tant redoutées des Jacquets du temps jadis et du temps présent. Je loge pour deux nuits au au gîte Kaserna, tenue par des hospitaliers. Je pars visiter St-Jean et surtout acheter des nouvelles pompes... d'où cette "relâche" d'une journée.

                        

Dernier cachet Français et ma crédential

Porte St Jacques, à st Jean pied de Port.


 

 

Jour 44 : 17 juin 2017 à 13:15 (heure locale)

Jour de relâche à St Jean.

Ce jour de "relâche" à été consacré à "une grande lessive" et une dernière expédition enfin d’alléger "encore" ce sac (10.500 kg) et l'achat de mes nouvelles chaussures. Dans les rencontres, il y aura celle de ce prête missionnaire Hongrois. arrivant de Lourdes et repartant ce matin pour Santiago, ces rencontres là ne peuvent me laisser indifférent. Malheureusement mon Anglais de 6ième ne pas pas permis d'échange, un grand regret. Autour de la table ce soir, il y a aussi  Alain et sa sclérose en plaqué attrapé à l'Ile de la réunion des suites à épidémie du fameux moustique. Marchant très très difficilement, il compte relier Santiago en fauteuil roulant... et comme son l'handicape ne lui suffit pas il a attelé une remorque à son fauteuil... pour cet ancien athlète d'aïkido et aux 3000 pompes par jour rien n'est impossible. Personnage très attachant, j'espère le revoir et partagé son aventure. (Il devra jongler avec le chemin et les horaires de bus, comme ce matin). Le chemin est internationale, pour preuve cette grand mère avec son petit fils débarquant d’Alaska et ces deux Coréennes ne se connaissant pas. 

Prête Hongrois

 

Alain et son défi...

Mes nouvelles pompes.